[UNSA] Retour sur la CDS du 19 mai 2020

1.Formulaires de mise à jour des situations 

1.1 Agents des lycées

La seconde procédure de mise à jour s’est terminée lundi 18 matin. Suite à cette procédure, il est à signaler que 2457 agents des lycées (sur un total de 2800 agents) ont retourné le formulaire dans les délais, avec le lien numérique, ce qui est un point de progrès très important par rapport à la première procédure de recensement des situations des agents et confirme une forte hausse de l’utilisation des outils numériques de la Région (email pro.) par les agents des lycées (un point positif de la crise sanitaire !).

1.2 Agents des sièges

Pour les agents des sièges, la DRH signale que les agents qui seraient de retour en présentiel si les conditions le permettent devront revenir sur un badgeage 4 fois par jour. L’UNSA invite les agents qui auraient des contraintes horaires (souvent liées aux horaires des enfants) à privilégier le télétravail : en télétravail les horaires sont forfaitaires sans pointage (ce qui ne veut pas dire que les heures supplémentaires ne doivent pas être déclarées et payées/récupérées à condition qu’elles soient effectuées en accord avec la hiérarchie)

2. Sièges et reprise du 25 mai – Agents des sièges  – Question UNSA sur le sentiment d’impréparation de la Région au retour sécurisé des agents en présentiel le 25 mai

Question de l’UNSA : l’UNSA s’étonne de ne pas avoir reçu des informations opérationnelles sur la reprise du 25 mai dans les documents supports de la CDS du 19 mai. Pour l’UNSA, le document CHSCT du Plan de Reprise Sièges doit être respecté et décliné en fiches/supports plus explicites.

Dans le processus, les agents des sièges doivent avoir leurs emplois du temps en présentiel demain (mercredi 20). Il est donc indispensable qu’ils connaissent les mesures prises pour sécuriser leurs activités en présentiel avant le long WE qui arrive (pour ceux qui ont un long WE).

Dans l’idée, l’UNSA revendique depuis le début des fiches métiers à remettre aux agents, ou alors une vidéo à regarder, mais il faut absolument ces supports.

L’UNSA signale aussi que ce qui est mis en place cette semaine dans les bureaux de Besançon et de Dijon ne semble pas conforme à ce qui a été voté en CHSCT. Il y a des piles de serviette en papier sur les copieurs, pas de gel, des distributeurs qui ne sont pas automatique, des climatisations qui ne sont pas neutralisées… des salles de réunions avec toujours autant de chaises, pas d’indications sur le nombre maximum des participants, pas d’indications au-dessus des copieurs, dans les ascenseurs… Au final, au 19 mai, très peu de mesures votées en CHSCT pour accepter le retour des agents des sièges en présentiel le 25 mai dans un environnement professionnel sécurisé sont mises en œuvre. L’UNSA alerte fortement l’administration. Il ne reste que quelques jours pour rectifier le tir.

Réponse de l’administration : comme souvent quand on met quelqu’un au pied du mur la réponse a été un peu brutale.. L’administration se dit profondément meurtrie par les accusations de l’UNSA (qui cherche la petite bête). Les services font leur maximum mais fonctionnent en avec des effectifs réduits. L’administration indique à l’UNSA qu’elle sera prête le 25 mai pour l’accueil des agents en présentiel.

Réponse de l’UNSA : L’UNSA fait confiance mais alerte sur la situation. Pas toujours agréable à entendre mais l’UNSA fait son job. Si l’administration n’est pas prête le 25 mai, il faudra reporter les retours en présentiel sur les sites non sécurisés. La sécurité des agents est prioritaire et doit être effectuée conformément aux mesures adoptées en CHSCT.

3. Désinfection des bureaux – Agents des sièges  – Question UNSA de la désinfection des bureaux avant retour en présentiel d’une partie des agents le 25 mai

Question de l’UNSA : Comme indiqué la semaine dernière en CDS, la désinfection des locaux par aérosol débute cette semaine. Plusieurs retours inquiets des agents conduisent l’UNSA à vous contacter en urgence, vous demandant :

– Les produits utilisés sont-ils efficaces sur le coronavirus?  

– La prévention du Covid est importante, mais quelles sont les recommandations des organismes nationaux sur le sujet (INRS, ARS…) ?

– Quel est l’avis des médecins du travail ?

– Qu’en est-il de la qualité de l’air après utilisation ?

– Quelle est la persistance des produits dans l’air et sur les surfaces ?

– Quels sont les risques pour les agents ?

– Cette procédure sera-t-elle renouvelée ?

Une communication rapide auprès des agents semble indispensable pour les rassurer sur toutes des questions, l’UNSA vous demande que ce dossier soit évoqué demain en CDS. 

Réponse de l’administration : L’administration indique à l’UNSA que tout est fait dans les règles. Des précisions sont apportées sur les points suivants :

  1. La plage d’interdiction dans les bureaux après la vaporisation des produits est beaucoup plus large que celle préconisée
  2. Les entreprises chargées du nettoyage habituel des locaux de la Région sont responsables de la vaporisation des produits, connaissent donc bien les produits, les bureaux et complètent leurs interventions par un nettoyage renforcé.
  3. Sur la tour Elithis à Dijon, le système de traitement de l’air est traité automatiquement (air entrant, sur un circuit différent de l’air sortant) et ne posera aucun problème.

A signaler : administration pas très contente des remarques de l’UNSA.

4. Masques dans les lycées (65 000 masques livrés dans les lycées)

L’UNSA constate que l’administration a maintenant bien pris conscience qu’il était urgent de livrer des masques aux lycées car des agents sont toujours mobilisés en présentiel (en effectif réduit mais toujours présent depuis le début de la crise).

Le DGS indique que les livraisons en cours dans les lycées sont une dotation provisoire d’urgence de masques chirurgicaux dans l’attente de la livraison des masques tissus du Conseil régional qui seront donnés aux agents (et plus durables).

A signaler : Les autres syndicats sont revenus sur la proposition de l’UNSA (acceptée la semaine dernière par le DGS) d’autoriser les lingères à faire des masques dans les lycées. Le DGS a ré-expliqué qu’il ne s’agit que d’une fabrication de masques qui vient après le reste du travail, sur la base du volontariat et si le chef d’établissement est ok.

5. Primes aux agents mobilisés

Suite à la publication du décret (voir précédentes publications de l’UNSA), Le DGS propose que ce dossier soit évoqué une première fois au comité technique de la semaine prochaine. L’UNSA est évidemment très favorable à cette proposition. Pour mémoire, sujet complexe de la définition des agents qui méritent cette prime mais complexe ne veut pas dire impossible. 

Tous ensemble, sans postures, il doit être possible de trouver un compromis acceptable pour les agents qui ont assurés la continuité du service public dans les lycées et dans les sièges et parfois – jusqu’à la semaine dernière –  sans aucune protection ! 

A signaler : L’UNSA tient beaucoup à une gratification pour les agents mobilisés et mobilisables. Il ne faut rien enlever aux agents empêchés mais reconnaître le travail des agents mobilisés dans un contexte très difficile et très anxiogène (certains agents sont volontaires pour tenir des nouvelles missions pour remplacer des agents non mobilisables, il faut le reconnaître).

6. Reprise Lycées : Question de la date de reprise des agents dans les lycées

Question de l’UNSA : Les Rectorats annoncent par anticipation les retours des élèves le 2 juin.

Ils demandent une mobilisation de tous les agents « aptes » pour le 25 mai pour préparer la reprise du juin au moins pour les cités scolaires et lycées pro. 

Réponse de l’administration : Pas de retour des agents techniques autorisé sans avoir la date de retour des élèves (1) ni plan de reprise lycée voté en CHSCT (2) :

(1) : Cette date du retour des lycéens doit être donnée par le 1er ministre le 28 mai. Donc, il n’est pas question de faire revenir tous les agents techniques mobilisables dans les lycées avant d’avoir une date officielle. Analyse de l’UNSA : s’il est satisfaisant de sécuriser au maximum les agents en limitant les contacts et la circulation des personnes (donc du virus), cette position risque d’être difficile à tenir car, principe de réalité,  il faudra quand même mobiliser des agents la semaine prochaine pour les cités scolaires (ex. service de restauration du lycée ouvert aux collégiens)… 

Dans certains établissements, ceux avec un nombre d’agent empêché important, c’est bien la totalité des agents “aptes” qui devront revenir si on veut que les collégiens puissent être accueillis dans les cités scolaires… 

Quelle image du service public régional si un chef d’établissement dénonce le manque de personnel CRBFC et se retrouve dans l’impossibilité d’ouvrir la cité scolaire ?  Comment faire reposer le travail de 15 agents en temps normal sur uniquement 2 ou 3 agents mobilisables en présentiel (un agent d’accueil logé – quand il n’est pas empêché – et un agent d’encadrement + agent technique ) ? Et en même temps, le virus est toujours présent et il faut limiter au maximum les déplacements et le travail en présentiel… Equation difficile.

L’UNSA précise, sans parler de plan de reprise, qu’une troisième voie doit être trouvée pour autoriser davantage d’agents techniques mobilisables à reprendre le travail dans des conditions sécurisées (avec respect d’un protocole sanitaire strict et EPI pour tous. Le DGS est conscient de la difficulté, la fin de la semaine sera utile pour imaginer un dispositif acceptable pour tous.

(2) Prochain CHSCT : Le DGS propose de bloquer une date de CHSCT spécifique pour le plan de reprise des lycées. On s’oriente vers un CHSCT le 4 juin 2020.