[UNSA] Garde des enfants après le 11 mai ? quelle position administrative pour les agents ?

MERCREDI 29 AVRIL MATIN : Début de réponse sur la question de la garde des enfants par la ministre du Travail Muriel Pénicaud. En regardant du côté du secteur privé, on imagine ce qui pourrait être mis en place pour le secteur public (ici).

Du 11 mai au 31 mai : pas de changement.

A partir du 1er juin, la règle sera plus stricte. Muriel Pénicaud a confirmé mercredi qu’il faudrait une attestation de l’école prouvant que les enfants ne peuvent  pas y retourner pour que les parents puissent continuer à garder leurs enfants. Les parents ne pouvant pas produire cette attestation de l’école à leur employeur ne seront plus pris en charge au titre du chômage partiel. La solution, pour eux, sera alors de poser des  jours de RTT ou de congés payés.

A suivre…

MERCREDI 29 AVRIL FIN DE JOURNÉE : Nouvelles informations suite conférence téléphonique avec le Ministre du 29 avril sur la situa­tion des agents en ASA après le 11 mai :

  • Pas de changement pour les agents publics à risque, ils pourront bénéficier, s’ils ne peuvent télétravailler, d’une ASA.
  • Entre le 11 mai et le 2 juin, les agents gardant un enfant devront fournir une attestation indiquant l’impossibilité de l’accueil en établissement scolaire ou crèche pour conserver cette ASA. Ils pourraient bénéficier d’une certaine souplesse en fonction de leur département de résidence et de l’organisation de l’école de leurs enfants. La doctrine ne semble pas complètement arrêtée.
  • Après le 1er juin, si retour à la normale, si par choix ils préfèrent ne pas mettre leurs enfants à l’école alors que c’est possible, ils devraient alors, selon le Secrétaire d’Etat, prendre des jours de congés.

A suivre… !