Déclaration préalable de l’UNSA à la CDS du 17 février 2021

Déclaration préalable de l’UNSA à la CDS du 17 février 2021

Calendrier sanitaire. L’UNSA renouvelle sa demande d’offrir de la visibilité aux agents. A titre indicatif, l’UNSA avait souhaité que les mesures sanitaires applicables au Conseil régional soient prolongées tout le mois de février ce qui a été refusé et a eu comme conséquence de mettre une pression supplémentaire sur les agents, rappel des faits :

  • Agents contractuels n’ayant aucune perspective et ne sachant pas s’ils devaient revenir au travail le 22 février. Ils vont donc au mieux apprendre le 17 février s’ils sont repris pour le 22 février.
  • Agents vulnérables ne sachant pas s’ils étaient encore vulnérables pour la Région pendant les vacances de février. Avec comme conséquence, des gestionnaires qui positionnaient leurs 6 jours de congés supplémentaires COVID sur les journées de permanences de février.
  • DRH obligé, sous la pression, de diffuser en urgence un email le vendredi 6 février après-midi pour des mesures applicables le 8 février.
  • Tout cela combiné à la paralysie des boites mails des agents des lycées qui n’ont donc pas pu prendre connaissance du message de la DRH et se sont retrouvés sans aucune autre information que celles, heureusement plus nombreuses et rassurantes, des organisations syndicales

La Loi prolonge jusqu’au 1er juin 2021 l’état d’urgence sanitaire en France. Puisque l’administration ne semble pas vouloir changer de paradigme et forcer les agents vulnérables à revenir au au travail en présentiel dans la crise sanitaire, il doit donc doit être possible de leur offrir de la visibilité au moins sur un mois d’avance (et par la même offrir de la visibilité aux agents contractuels qui les remplacent).

Agents vulnérables. L’UNSA s’inquiète de la forte diminution des agents déclarés vulnérables. Plus de 120 en 2020 et moins de 60 en 2021. Cette baisse s’explique par l’absence de fourniture d’un nouveau certificat médical à notre administration. Rien de prouve cependant que les agents ne sont plus vulnérables à la COVID-19. Aussi, notre organisation souhaite connaître les dispositions prises par notre administration pour s’assurer de la sécurité au travail des 60 agents vulnérables qui sont revenus travaillés en présentiel depuis le début de l’année.

Adaptation des règles.  Également, l’UNSA souhaite alerter l’administration sur l’adaptation des règles de protection des agents qui pourraient faire l’objet d’une réactualisation et d’une présentation en CHSCT (avec établissement d’un nouveau document qui annule et remplace toutes les autres communications de l’administration), à titre indicatif des mesures nouvelles pourraient être prises par la région :

  • exemple : limite désormais fixée à 4 personnes au lieu de 6 pour les réunions en présentiel ou les repas.
  • exemple : création d’une une paroi fixe ou amovible assurant une séparation physique quand la règle des 2 mètres est impossible à respecter.

Également, l’UNSA renouvelle sa demande de renforcer le télétravail sanitaire pour certains agents actuellement exclus du télétravail sanitaire alors qu’ils étaient télétravailleurs en 2020. Sur le télétravail, l’UNSA propose d’essayer de limiter le télétravail à 100% aux seuls agents anti-fragiles et à garder une possibilité de présentiel – pas forcément à 1 journée – aux agents qui en expriment un besoin fort (expertise médecin ou service prévention).

Prochain CHSCT. Un CHSCT est prévu le 9 mars 2021 et l’UNSA renouvelle sa demande de voir les dossiers CHSCT les plus sensibles préparés dans dans des commissions de dialogue sociale pour éviter de ses retrouver devant le fait accompli avec des représentants de l’administration la plupart du temps refusant d’accepter des demandes de modifications légitimes des organisations syndicales. 

Entretiens annuels. L’UNSA souhaite que le contexte sanitaire soit pris en compte pour justifier de l’absence d’atteinte de certains objectifs des agents. Il est également nécessaire de donner aux agents le montant théorique du CIA qui sera attribué. L’absence de transparence et d’information sur le montant de l’enveloppe CIA devient pesante. Les agents ne supporteraient pas encore une baisse du CIA versé au mois de juin alors même que des crédits RH seraient disponibles (épisode2020 des crédits RH supprimés et attribués à d’autres priorités politiques des élus).

Départ du DGA du pôle Ressources. Enfin, l’UNSA a découvert à la dernière séance plénière des élus du Conseil régional, non pas l’explication étrange du vice-Président Michel Neugnot sur les 6 jours COVID (ici), mais le départ de notre DGA et nous lui adressons nos remerciements pour son professionnalisme et la qualité de son dialogue social (ne veut pas dire que nous avons toujours été d’accord sur tous les dossiers). S’il nous indique sa nouvelle collectivité d’accueil, nous pourrons lui préparer avec nos homologues UNSA un accueil chaleureux ( ; ) ).