[UNSA] Bonne reprise !

C’est une équipe UNSA du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté combative et déterminée qui fait sa rentrée avec vous !

Combatif et déterminé, il faut l’être car le calendrier syndical est bien chargé :

  • Il faut finir les négociations sur le temps de travail du siège et des lycées (CDS du 6 septembre).
    • Sur le dossier du siège, ça patine car l’administration s’entête à vouloir, en quelque sorte, imposer du bénévolat aux agents (ex. : passage à 3h30 max d’heures écrêtées mensuelles récupérables uniquement sur le mois suivant, suppression des avantages acquis comme les jours Présidentiels, temps de trajet Besançon -> Dijon considérés hors temps de travail…).
    • Sur le dossier des lycées. Nous n’avons pas commencé les discussions avec la région et pourtant les difficultés sont bien réelles. Il faut profiter de la remise à plat du règlement du temps de travail pour régler des problèmes qui polluent le fonctionnement des établissements et pénalisent les agents.
  • Il faut tenir bon sur le régime indemnitaire : pour l’UNSA, pas de changement de position, la base de négociation correspond au meilleur des deux régimes indemnitaires dans deux anciennes régions + 20 % (comme les élus, un mois après leurs prises de fonction). Pour le moment, il y a un léger assouplissement de la position régionale qui explique que l’enveloppe indemnitaire sera augmentée (mais sans donner de chiffres). Nous aurons des nouvelles informations en septembre (CDS du 19 septembre).
  • Il faut continuer d’alimenter la région sur l’action sociale pour obtenir le meilleur pour les agents (pour le moment c’est plutôt un coup de rabot sur toutes les aides. Exemple : suppression de l’allocation de rentrée scolaire, suppression de la prestation pour la garde de jeunes enfants) et poursuivre les échanges techniques portant sur la création d’un fonds social utile permettant d’aider rapidement les agents en difficultés (demande forte de l’UNSA).
  • Il faut revoir la “démarche métier” car elle bloque trop les agents. La Région utilise d’ailleurs la “démarche métier” pour contraindre les agents à une mobilité (interne ou externe) ou refuser des promotions (prétextant que le poste de l’agent n’est pas compatible ou évolutif). L’UNSA souhaite que la Région s’appuie sur les travaux et les productions du CNFPT pour offrir des réelles perspectives d’évolutions professionnelles.

Tout cela doit être terminé avant le 31 décembre 2017 pour une mise en oeuvre qui s’appliquera à l’ensemble des agents au plus tard le 1er janvier 2023 (pour mémoire, le mandat des Conseillers régionaux est de 6 ans donc les prochaines élections régionales doivent – théoriquement – se tenir en 2021, il est donc peu vraisemblable que l’application soit déclenchée au delà de 2021).

Sachant que la dernière session des élus régionaux se tiendra les 14 et 15 décembre 2017 et que l’on imagine mal que le sujet de l’harmonisation des conditions de travail des 4200 agents soit posé sur la table des conseillers régionaux le jour de la séance plénière, il faut donc imaginer que tout doit être prêt environ un mois avant soit autour du 15 novembre… Il ne reste donc qu’un peu plus de 2 mois pour tout traiter et surtout faire comprendre à la Région, l’intérêt de mettre en place des bonnes conditions travail au Conseil régional.

En économie, on explique que “Des salariés heureux, c’est bon pour le business”. On doit pouvoir convaincre les élus régionaux et la Directrice Générale des Services que des agents heureux, c’est bon pour le service public régional.

Il faudra aussi reprendre le dossier de la territorialisation de l’action régionale, alimenter les consultations sur le nouvel Intranet commun, poursuivre les travaux de la cellule sur les Risques Psychosociaux (BVT – Bien Vivre au Travail) et du CHSCT…

Il faudra suivre avec attention le dossier sur la reconnaissance des agents d’encadrements dans les lycées mais aussi celui sur la titularisation des agents contractuels que l’UNSA porte depuis de nombreux mois. A ce sujet, suite à l’action de l’UNSA, la région vient de prendre un engagement à agir (voir notre tract  http://bit.ly/UNSA0817 )

Il faudra aussi que l’administration explique aux représentants du personnel quel est ce nouveau concept qui fait qu’un agent ayant une promotion de grade en CAP reçoit juste avant les vacances un courrier expliquant qu’en acceptant sa promotion il n’aura pas d’augmentation de salaire mais une baisse de ses primes (cas des agents de maîtrise en Franche-Comté).

Et en même temps, il faudra garder l’oeil sur ce qui se passe à Paris et être capable de se mobiliser pour se faire comprendre et entendre si besoin. Le fonctionnaire-bashing est à l’oeuvre et même le fonctionnaire-territorial-bashing :

  • Le jour de carence pour les arrêts maladie dans la fonction publique rétabli dès 2018,
  • Hausse de la CSG et baisse des cotisations pour faire monter le pouvoir d’achat de tous les actifs (les salariés et les indépendants) mais pas pour les fonctionnaires ! Et pire, baisse des “grosses” retraites des fonctionnaires (comprendre, les retraites au dessus de 1200 €).
  • Mise en place d’un point d’indice différencié par fonction publique (comprendre, on peut être ok pour la hausse du point d’indice pour les policiers, les militaires, à la rigueur certains agents de la fonction publique hospitalière mais plus question d’augmenter le point d’indice dans la fonction publique territoriale. Nantis que nous sommes).

Alors pour réussir tous ces combats, il faut revenir de congés bien reposé (c’est fait) et renforcer l’UNSA en devenant un adhérent qui s’informe puis militant qui s’engage. Nous avons besoin de vous :  + nombreux + d’idées + de débats + de bras = plus forts !

Profitez donc de la rentrée pour rejoindre l’UNSA (http://bit.ly/UNSAspecial2017 ):

  • Les 4 derniers mois de syndicalisation de 2017 sont offerts,
  • Votre cotisation syndicale est encaissée en 2018,
  • Votre cotisation 2018 est garantie au montant de 2017,
  • Le versement des cotisations syndicales peut vous permettre de bénéficier d’un crédit d’impôt sur le revenu égal à 66 % des cotisations annuelles.

Bonne reprise à vous et à très vite dans vos lycées et vos services !