| |

ça part en cacahuète

La situation sanitaire se complique. L’UNSA a saisi notre administration pour ré-activer des mesures de protection des agents et garantir la continuité du service public régional, ci-dessous le courrier adressé par l’UNSA :

La 5ème vague véhiculée par le variant Delta frappe fortement notre région.

 Augmentation des interactions entre les personnes, relâchement dans le respect des gestes barrières et plus faible efficacité du vaccin* nous conduisent à subir une terrible 5ème vague véhiculée par le variant Delta  (*l’efficacité des vaccins de Pfizer et de Moderna aurait baissé depuis que le variant delta y est dominant, passant de 91 % à 66 % d’efficacité).

Cette nouvelle vague frappe vite et fort dans notre région.

Des départements sont particulièrement touchés. Le Jura atteint – au tout début de cette 5ème vague – un taux d’incidence à 488 (seuil d’alerte à 50) et déjà une tension hospitalière de près de 90%.

Il nous faut réagir maintenant.

Dans le secteur privé, le protocole pour assurer la santé et la sécurité des salariés et la fiche portant sur le fonctionnement des restaurants d’entreprise ont été modifiés le 29 novembre 2021. Il convient de les regarder avec attention puisque depuis le début de la crise COVID19, ces documents inspirent les notes produites par la DGCL et la DGAFP.

 Ainsi, sur la restauration collective, la distanciation sociale est portée à deux mètres lorsque le masque ne peut être porté dans les lieux de restauration collective. Il semble nécessaire d’appliquer ses préconisations pour protéger les agents aux sièges et dans les lycées. Dans certains établissements, les personnels administratifs du Rectorat ont pris l’initiative de se restaurer dans leur bureau pour libérer de la place dans les salles des commensaux. Cette mesure de bon sens pourrait être encouragée. Il y a trop de monde dans les salles des commensaux. Si les agents du Conseil régional sont particulièrement prudents, cette prudence n’est pas – encore – généralisée pour toute la communauté éducative. Les élus du Conseil régional peuvent s’adresser à toute la communauté éducative pour rappeler le soutien de la Région (purificateurs…) mais aussi pour leur demander de s’adapter à la situation.

Dans les lycées, les représentants du personnel UNSA ont constaté à plusieurs reprises une étrange – absurde ? – sanctuarisation des salles des commensaux. Tout le monde. Au même moment. Sans masque. Et coude à coude. Aucun respect des distances de sécurité. Il est temps de dire stop et de demander au Rectorat de réagir. Il doit être possible de prévoir des emplacements dédiés (salles inoccupées), qui permettraient, hors salle des commensaux, de prendre les repas, dans de bonnes conditions sanitaires (il est évidemment impensable que des collègues soient amenés à prendre leur repas dans leur véhicule).

Il faut maintenant appuyer sur le frein si l’on ne veut pas exploser le nombre de nos collègues touchés par la maladie. Déjà, nous avons le sentiment qu’il y a plus de collègues malades que pendant les vagues précédentes. Nos collègues parents commencent à être mobilisés (parfois plusieurs fois par semaine) pour aller faire passer des tests COVID à leurs enfants (situation d’un enfant malade dans une classe donc l’obligation de faire tester tous les enfants avant de reprendre l’école).

Dans son avis du 20 novembre, le Conseil scientifique insiste notamment sur l’élargissement du télétravail, la limitation des rassemblements et le renforcement de l’utilisation des tests de diagnostic. Sur la base de cet avis et dans ce contexte décrit précédemment, l’UNSA vous demande mobiliser nos ressources internes pour :

  • réactiver au plus vite le PCA pour préserver le service public régional – déployer le télétravail à 100% pour les agents des sièges (après la fin des mandatements le 3/12 ?)
  • arrêter les déplacements non indispensables
  • arrêter des réunions non indispensables et les transformer en réunion à distance
  • faire un message aux agents des sièges pour une dotation de masques chirurgicaux et d’autotests COVID19
  • réorganiser une livraison des autotests pour les agents des lycées
  • faire respecter la jauge de 4m2 par personne dans les salles et reprendre les affichages du nombre de personnes maxi dans la salle
  • accorder des facilités aux agents pour aller se faire tester et faire passer des tests à leurs enfants.- rappeler aux agents qu’ils bénéficient d’ASA de l’employeur pour garder leurs enfants malades COVID (10 jours).


Continuons ensemble à anticiper, protéger nos collègues et assurer la continuité du service public régional.

A lire également