[UNSA] Déclaration préalable de l’UNSA au CHSCT du lundi 11 décembre 2017

Déclaration préalable de l’UNSA au CHSCT

L’UNSA prend acte de la décision de la Présidente de revoir profondément le dialogue social au Conseil régional et  d’agir sur la qualité de vie au travail des agents.

Concernant le dialogue social, l’UNSA sera attentive aux propositions formulées par l’administration afin de reprendre l’année 2018 dans des conditions favorables et acceptables.

Sur le sujet plus spécifique de la qualité de vie au travail, il est effectivement important que l’administration agisse avec détermination pour protéger et aider ses agents.

Pour ce dernier CHSCT de 2017 et pour alimenter nos échanges de ce jour, l’UNSA souhaite mettre le projecteur sur plusieurs sujets sources de difficultés et d’inquiétudes :

 

  • 1er sujet  il semblerait que l’administration ne soit pas à ce jour en condition de fournir le matériel nécessaire pour répondre aux demandes des agents du siège qui souhaiteraient télétravailler à compter du 1er janvier prochain  (des agents sont actuellement encore en attente de matériel pour une demande effectuée en octobre 2017),

 

  • 2nd sujet, qui revient régulièrement lors des visites de l’UNSA dans les services et les établissements d’enseignements, l’augmentation des réflexions déplacées et vexantes envers les agents en situation de handicap. L’administration doit rapidement se saisir de cette difficulté. Il en est de même pour la gestion des agents, qui reprennent leurs postes avec des restrictions professionnelles. Souvent, ces situations sont sources de difficultés, tant du côté de l’agent que de l’agent d’encadrement qui ne bénéficie pas toujours des renforts en personnel qui sont nécessaires pour répondre à ces restrictions. L’administration doit également très vite se saisir de cette difficulté.

 

  • 3ème sujet, l’UNSA constate en cette fin d’année une hausse très importante des actes d’incivilités et de dégradation des biens de la Région dans la région. L’UNSA souhaite de la Présidente écrive à chaque responsable d’établissement et à chaque lycéen pour leur rappeler les règles du vivre ensemble, le coût social et financier des réparations de ces dégradation.

 

  • Dernier sujet, l’année se termine et l’UNSA souhaiterait obtenir le décompte des heures écrêtées pour les agents des sièges de Besançon et de Dijon. Les deux systèmes de contrôle de gestion des temps sont encore en fonctionnement et doivent pouvoir être utilisés pour répondre à cette demande qui sera utile pour agir concrètement, dès le début de 2018, sur la qualité de vie au travail des agents.