[UNSA] Zoom sur CIA et l’indemnité de maintien de salaire d’avant la fusion

Lors du Comité technique du 21 novembre, l’administration a souhaité mettre en place un dispositif pour pénaliser les agents qui ont un maintien de salaire au titre des avantages acquis.

Il s’agit de 132 collègues (132 au siège sur 518 au total éligibles au CIA) qui après la fusion et leur reclassement dans leur groupe de fonction se sont vus – c’était la Loi – garantir le maintien de leur ancien salaire pour ne pas avoir de perte de salaire.

Il faut croire que cela était insupportable pour l’administration qui s’obstine à vouloir construire un dispositif pour les exclure de la totalité de leur CIA applicable.

Pour vous permettre de mieux comprendre, un rapide schéma pour les agents du siège (même fonctionnement pour les agents des lycées) :

 

 

Votre syndicat UNSA s’est opposé à ce dispositif (et d’ailleurs c’est une des raisons qui à conduit vos représentants UNSA à ne pas voter POUR le rapport présenté par l’administration.

D’ailleurs, posez-vous la question de savoir qui a voté POUR le rapport présenté ?

Franchement, de quel droit, un/une justicier autoproclamé(e) peut se permettre de vous dire que vos primes – qui viennent de votre parcours, de votre expérience, de votre technicité – doivent être diminuées !!! Grave.

On vire dans un système, ou tout le monde doit être au même niveau. Et de préférence assez bas le niveau. Comment rémunérer l’expertise, la technicité, le sur-investissement dans un tel système ?

Vous avez 20 ans de plus que votre collègue qui vient d’arriver et 50 euros d’avantage acquis par mois, scandaleux cher collègue, on prend tout ! Grave.

L’UNSA conteste ce dispositif et prend dès à présent l’attache de son service juridique pour ouvrir un contentieux.

PS : avec la mise en place du prélèvement à la source et toutes informations qui vont transiter à la RH, un tel raisonnement de l’administration laisse imaginer des grandes dérives.