[UNSA] Retour sur la réunion avec Présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté du lundi 9 octobre 2017


Réunion organisée en urgence suite à de nombreux dysfonctionnements lors des dernières réunions. Présence des 5 organisations syndicales, de la Présidente Marie-Guite Dufay, de la DGS, du DGA, de la DRH et du Directeur de Cabinet.

La Présidente note une certaine tension la salle.

Elle souhaite expliquer que pour le moment les propositions d’harmonisation de son administration ne l’engagent pas.

Elle n’a pas fait d’arbitrage.

Elle semble comprendre que l’affichage d’une forte augmentation pour les DGA/DGS et “en même temps” une baisse des primes pour les agents de catégorie C ne correspond pas exactement à l’idée d’un système très équitable.

L’UNSA explique que l’effort sur les primes de tous les agents devra être important car de toute manière proposer 2 € d’augmentation à certains agents et dans le même temps supprimer 3 jours de congé ne sera pas acceptable.

La Présidente note également qu’il faut sans doute aussi plus de sécurité pour les agents des lycées (encadrement des horaires découpés, éclaircissement du rôle des encadrants, importance des formules de temps de travail).

Elle semble aussi convenir que l’idée d’un débit/crédit de 3h30 par mois pour les agents du siège, sans récupération autre que d’un mois sur l’autre, n’est pas très réaliste et cristallise beaucoup de mécontentement aux sièges.

La Présidente participera à la réunion du dialogue social du 19 octobre après-midi pour rendre ses arbitrages sur la base d’un feuille complète de propositions qui doit (enfin !) être envoyée aux syndicats dans les deux prochains jours.

La Présidente se félicite pour le moment des premières avancées : élargissement du télétravail à toute la nouvelle région. Tickets restaurant à 7 euros. Création d’un fonds social. Les syndicats expliquent que ces avancées semblent bien faibles au regard des nombreux reculs constatés sur les primes et le temps de travail.

La Présidente explique que près de 2 millions d’euros sont ajoutés à l’enveloppe des primes ce qui est déjà un effort très important. L’UNSA conteste ce chiffre qui ne correspond à aucun document disponible. D’après nos calculs, l’enveloppe des primes baisse et de toute manière les agents des lycées ne seront, normalement, pas concernés avant 2020 par les nouvelles primes : donc on ne voit pas bien à quoi correspondent ces + 2 millions d’euros.

 

La Présidente explique que le 1er ministre vient encore de prendre 450 millions d’euros à la Région et que l’équilibre budgétaire devient difficile. L’UNSA indique qu’elle est disposée à l’accompagner à sa prochaine réunion avec le chef du Gouvernement pour défendre les services publics régionaux.

 

La Présidente rappelle qu’elle comprend les inquiétudes des agents et s’engage à arbitrer les propositions de ses services sous le prisme de l’équité (comprendre moins à ceux qui ont déjà beaucoup ?).

 

En fin de réunion, suite à une question de l’UNSA,  la DGS explique qu’elle était en discussion avec Intériale (Mutuelle des ex. cr-Bourgogne) pour limiter l’augmentation de 50% en dégradant le montant des remboursements. Elle doit prochainement nous confirmer ce qui sera décidé. Elle explique aussi qu’elle a demandé à Intériale de repousser au 31 décembre le droit de rompre individuellement son contrat avec Intériale (initialement deadline fixée au 31 octobre 2017). Il faut attendre confirmation de cette information.


Demain mardi 10 octobre : pour donner de la force à nos revendications locales et nationales tous en grève. Informations ici : http://unsa-bfc.fr/unsa-les-rassemblementsmobilisationsactions-du-10-octobre-en-bourgogne-franche-comte-fonctionpublique/