Articles récents

[UNSA] Mise à jour des primes des agents en avril 2020, l’UNSA demande des précisions !

L’UNSA écrit de nouveau (voir ici et ici) au DGS pour obtenir des précisions sur les modalités de mise à jour des primes des agents (suite au nouveau régime indemnitaire adopté en décembre 2019) :

De nos échanges en Commission du Dialogue Social, il a été convenu que la prise en compte du nouveau régime indemnitaire de décembre 2019 se réalisera, dans un premier temps, sur la base d’une analyse interne RH des fiches de poste des agents avec pour objectif un premier versement sur le bulletin de paie du mois d’avril 2020 (et rattrapage rétroactif au 1er janvier 2020). 

Dans un second temps, un renfort externalisé sera chargé d’analyser et d’uniformiser, dans la concertation agent/manager/DRH toutes les fiches postes pour que chaque agent du Conseil régional puisse – enfin – avoir en sa possession une fiche de poste fiable et conforme à ses missions. 

Par un nouveau courrier adressé à l’administration, l’UNSA souhaite s’assurer que le versement des nouvelles primes sur le bulletin de paie du mois d’avril 2020 sera bien précédé d’un courrier individuel  adressé à chaque agent expliquant les modalités de calcul de son IFSE et lui indiquant les voies de recours ainsi que la seconde phase de révision des fiches de poste (pouvant amener à une nouvelle réévaluation à la hausse de son régime indemnitaire). 

Ce sujet est une source d’inquiétude des agents. Presque de colère. Sans une plus grande transparence sur la méthode de cotation, on pourrait croire que la cotation des primes de chaque agent dépend d’une personne seule, isolée dans son service, sans écoute, sans concertation et sans réelle connaissance des missions de 4300 agents de la région. Ce qui n’est certainement pas le reflet du réel.

L’UNSA demande le respect de l’accord de principe qui a conduit à la validation du nouveau régime indemnitaire en fin d’année 2019 : augmenter les primes des agents et tourner la page du fiasco de 2017 avec notre collectivité qui était la seule Région de France à refuser d’harmoniser les primes des agents à minima sur le meilleurs des deux régimes indemnitaires de Bourgogne et de Franche-Comté.